Alors raconte n°6, déc 2016

 

"Alors raconte", 

"petite soeur" de  L'Onde poétique : une émission créée et animée par Hélène Buscail

La retransmission de cette émission sur Radio Enghien est prévue pour le jeudi 15 décembre 2016 de 21h à 22h.

(pré-enregistrée le 1.12.2016)

Thème du mois :

LES BIJOUX

Gustav klimt 046

Gustav Klimt, Portrait d'Adèle Bloch-Bauer (1907)

Emission conçue et animée par Hélène Buscail

Helene buscail radio 1 12 16

Autres participants : Nathalie et Michel Cousin

Nathalieok 1 12 16

avec (ce soir) Annie Boisset

Annie boisset 1 12 16

et et Yves-Fred Boisset

Yves fred nathalie 1 12 16

 

Avec des lectures à plusieurs voix de contes écrits par Hélène Buscail entrecoupés de moments musicaux et poétiques.

 

WEBOGRAPHIE ET BIBLIOGRAPHIE INDICATIVES

Contes, poèmes, chansons, musiques, etc. sur le thème des bijoux

Mots clés : bijoux, joyaux, bagues, colliers, bracelets, diadèmes, pierres précieuses, pierreries, or, argent, gemmes, camées, diamants, rubis, saphirs, émeraudes, opales, aigues-marines, améthystes, grenats, topazes, turquoises, agates, cristaux de roche, lapis-lazuli, malachites, nautiles, perles, coraux, ambre, jais, etc.

QUELQUES CONTES

Sur Internet :

Découverte : le site CLPAV : http://clpav.fr/raconte.htm

"Vous aimez les histoires ? Vous adorez les contes ? Faites-nous partager votre imaginaire et laissez-nous entrer dans votre univers légendaire, ancestral ou plus actuel… Décrivez-nous votre Belle aux bois dormant… Donnez-nous des frissons avec votre ogre abominable…
CLPAV vous propose d’envoyer vos textes et/ou vos dessins autour du thème du conte.

N’hésitez plus ! Faites-nous découvrir vos petits chefs-d’œuvre. Enfants ou adultes, petits ou grands, vos histoires ou vos dessins peuvent être diffusés sur notre site. Cliquez sur le petit oiseau pour envoyer vos textes et vos dessins."

 

Charles Perrault : Les fées [sur le site CLPAV]

[...] Il était une fois une veuve qui avait deux filles...  [l'une était belle et honnête. A elle, la fée dit] : " Vous êtes si belle, si bonne, et si honnête, que je ne puis m'empêcher de vous faire un don (car c'était une Fée qui avait pris la forme d'une pauvre femme de village, pour voir jusqu'où irait l'honnêteté de cette jeune fille). Je vous donne pour don, poursuivit la Fée, qu'à chaque parole que vous direz, il vous sortira de la bouche ou une Fleur, ou une Pierre précieuse. [...] [" Mais à la cadette qui était méchante, la fée dit] : "Vous n'êtes guère honnête, reprit la Fée, sans se mettre en colère ; hé bien ! puisque vous êtes si peu obligeante, je vous donne pour don qu'à chaque parole que vous direz, il vous sortira de la bouche ou un serpent ou un crapaud. "[...]

Histoire d’Aladdin, ou la Lampe merveilleuse

"La mère d’Aladdin apporta la porcelaine, et Aladdin tira les pierreries des deux bourses, et les arrangea dans la porcelaine. L’effet qu’elles firent au grand jour par la variété de leurs couleurs, par leur éclat et par leur brillant fut tel que la mère et le fils en demeurèrent presqu’éblouis : ils en furent dans un grand étonnement, car ils ne les avoient vues l’un et l’autre qu’à la lumière d’une lampe. Il est vrai qu’Aladdin les avoit vues chacune sur leur arbre, comme des fruits qui devoient faire un spectacle ravissant ; mais comme il étoit encore enfant, il n’avoit regardé ces pierreries que comme des bijoux propres à jouer ; et il ne s’en étoit chargé que dans cette vue, et sans autre connoissance. "

http://www.weblettres.net/blogs/uploads/d/databekian/15520.pdf : résumé-analyse du conte : situation initiale. Elément perturbateur. Péripéties. Résolution. Situation finale.

Ali Baba et les Quarante Voleurs (lire la version pdf)

 

Forum du conteur : contes sur les bijoux

« Une fillette, grande menteuse, est emmenée par ses parents chez l'enchanteur Merlin, grand ami de la vérité.
Il installe, autour du cou de cette charmante enfant, un superbe collier d"améthystes retenu par un fermoir de diamants, à l'éclat éblouissant.
Heureuse de s'en sortir à si bon compte, elle refuse de dire d'où elle vient à ses petites camarades qui l'interrogent. Elle prétend qu'une grave maladie l'a retenue au loin, mais dès ce mensonge prononcé, le collier se transforme en vieux cailloux jaunâtres.
» (...)

Contes à rêver : Blog contenant notamment une « boîte à contes » et une rubrique « Au fil des poèmes ».

Le diadème de rosée

« Il y a très longtemps, bien loin d’ici, un puissant empereur régnait en Chine.
Cet empereur avait une fille belle et fraîche comme un bouton de rose.
Hélas ! La jeune princesse était très capricieuse et ne souriait jamais.
Pour voir un sourire éclairer le visage de sa fille, l’empereur de Chine aurait donné tout son royaume.
Chaque jour, il faisait porter à la princesse des tuniques brodées d’or, des bijoux et des pierres précieuses. Mais la princesse ne souriait toujours pas et l’empereur se désolait.
» (...)
Cf. Jacqueline Guillemin (adaptation) ; Sébastien Mourrain (ill.), Le Diadème de rosée : un conte de Chine, Paris, Éd. Nathan, 2011.

Denis Diderot, Les Bijoux indiscrets [PDF]

« Les Bijoux indiscrets est un roman libertin publié anonymement par Denis Diderot en 1748. L'édition est clandestine, sans nom d'éditeur, mais c'est le libraire Laurent Durand qui assura la publication. Cette allégorie, qui est la première œuvre romanesque de Diderot, dépeint Louis XV sous les traits du sultan Mangogul du Congo qui reçoit du génie Cucufa un anneau magique qui possède le pouvoir de faire parler les parties génitales (« bijoux ») des femmes.» (...) (cf. Wikipédia)

Quizz : or ou bijoux dans la littérature

POÉSIE
 

Du coffret à bijoux de l'Ouvre Boîte à Poèmes :

Tes mots

Il faut que tes poèmes
Soient rubis et saphirs
Diamants de la plus belle eau
Regards smaragdins des étoiles.
Qu'ils soient le sang de l'homme
Et le lait de l'enfant
Le pain de l'aimée.
Qu'ils craquent au soleil
Pareils aux grains éclatés
Sur l'aire brûlante.
Qu'ils embaument
Vétiver et jasmin
Feuillages denses ombrageant
La paix de nos jardins
Et qu'ils jaillissent
Sources, ruisseaux, eaux vives
Laissant des perles fines
Suspendues
Au grain de notre peau.

Denise Bernhardt, Extr. de La Mangrove du désir, Le chasseur abstrait, 207, p. 198.

 

Écrire sur la page vierge des eaux
des mots de rondeur et de dune

des mots émaillés des layons
de tes lunes cristaux irisés
de nos marais salants

T'écrire des mots d'argent
étayés de voyelles
enrichis jusqu'à l'or
des lagunes du temps

des mots joailliers
ciseleurs de lumière
de ces mots entaillés
du diamant dans le sel

festonnant l'azur
comme l'épure en ciel

dentelure empruntée
aux coffres du couchant

au seuil de la voyance
franchir la transparence
de nos vagues océanes

Y prélever les yeux verts
de l'aigue-marine

La digitale cachée
dans le sous-bois des algues

à l'heure où la lumière
se lasse d'invoquer

en l'horizon topaze

un Dieu toujours absent

Jeannine Dion-Guérin, Guérande, dans De chair et de lumière,
Ed. de l'Acanthe, 1997, p. 30-31.

*

« Dans mon rêve, je portais un collier de coquillages
Rose, bleu pastel et gris perle.

Que signifiait mon rêve et toutes ces images ?

 

J'étais seule avec mon ami d'enfance
Je voulais le revoir en dépit des années
Peut-être voulais-je sans le savoir

Me retrouver à ses côtés
M'imprégner du parfum de ces moments intenses
Non plus en rêve mais en réalité

Et garder intact à jamais au fond de ma mémoire
Le collier de perles précieuses aux mille nuances
De ma première aimance.»

Érica, Extr. de Chroma, dans Poèmes chimériques, 1999.

 

Damelicorne

La Dame à la licorne (Musée de Cluny)

 

Quelques poèmes-bijoux connus (parmi des innombrables)

Charles Baudelaire : Les bijoux

« La très-chère était nue, et, connaissant mon coeur,
Elle n'avait gardé que ses bijoux sonores,
Dont le riche attirail lui donnait l'air vainqueur
Qu'ont dans leurs jours heureux les esclaves des Maures. »

Delacroix odalisque

Eugène Delacroix, Une odalisque (1847)

 

Alphonse Beauregard : L'or
 

Charles d'Orléans : Le temps a laissé son manteau

Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie,
Et s'est vêtu de broderies,
De soleil luisant, clair et beau.

Il n'y a bête ni oiseau
Qu'en son jargon ne chante ou crie :
Le temps a laissé son manteau !

Rivière, fontaine et ruisseau
Portent, en livrée jolie,
Gouttes d'argent, d'orfèvrerie,
Chacun s'habille de nouveau :
Le temps a laissé son manteau.

Charles Cros, Le collier de griffes, Le coffret de santal

Stéphane Mallarmé :

"Mallarmé aime à faire miroiter les mots qui, "projetés, en parois de grotte", ont l'art de resurgir sous les formes les plus inattendues. Mais ce qu'il aime davantage encore, c'est que les mots rayonnent d'eux-mêmes tout en en abolissant l'objet qu'ils désignent - ce qui a conduit un critique à comparer très justement Mallarmé à "un joaillier qui rêve de garder les feux des pierreries en supprimant les gemmes". (Cf. C. Abastado : Expérience et théorie de la création poétique che Mallarmé, Minard, 1970)

La chevelure

La chevelure vol d'une flamme à l'extrême
Occident de désirs pour la tout éployer
Se pose (je dirais mourir un diadème)
Vers le front couronné son ancien foyer

Mais sans or soupirer que cette vie nue
L'ignition du feu toujours intérieur
Originellement la seule continue
Dans le joyau de l'oeil véridique ou rieur

Une nudité de héros tendre diffame
Celle qui ne mouvant bagues ni feux au doigt
Rien qu'à simplifier avec gloire la femme
Accomplit par son chef fulgurante l'exploit

De semer de rubis le doute qu'elle écorche
Ainsi qu'une joyeuse et tutélaire torche

 

Paul Verlaine : Art poétique

(...)

« O qui dira les torts de la Rime ?
Quel enfant sourd ou quel nègre fou
Nous a forgé ce bijou d'un sou
Qui sonne creux et faux sous la lime ? »

(...)

Vous voulez d'autres poèmes contenant des bijoux ?

MUSIQUES

Opéras

Claude Debussy / Maurice Maeterlinck : Pelléas et Mélisande

(...) « PELLÉAS
Il ne faut pas s'inquiéter ainsi pour une bague. Ce n'est rien, nous la retrouverons peut-être !
Ou bien nous en retrouverons une autre.

MÉLISANDE
Non, non, nous ne la retrouverons plus, nous n'en trouverons pas d'autres non plus... » (...)

d'après le conte de Charles Perrault : Barbe-Bleue :

Paul Dukas, Ariane et Barbe-Bleue

 (...) « Ariane est bien décidée à désobéir à son mari qui lui a interdit d’utiliser une clef en or, la septième de celles qu’il lui a remises. Les six premières portes ouvertes dévoilent de merveilleux bijoux. La dernière laisse apercevoir des diamants et au-delà, la septième porte d’où s’échappe un chant plaintif, celui des « cinq filles d’Orlamonde ». Ariane se fait surprendre par Barbe-Bleue au moment où elle va franchir la porte interdite. »(...)

Bartok, Le château de Barbe-Bleue

Chansons

Zazie" :  "J'envoie valser"


J'en vois des qui se donnent, donnent
Des bijoux dans le cou
C'est beau mais quand même
Ce n'sont que des cailloux

Des pierres qui vous roulent, roulent
Et qui vous coulent sur les joues
J'aime mieux que tu m'aimes
Sans dépenser tes sous

Moi je m'en moque,
J'envoie valser les trucs en toc
Les cages dores
Toi quand tu m'serres très fort
C'est comme un trésor
Et ça, et ça vaut de l'or

J'en vois des qui s'lancent des regards et des fleurs
Puis qui s'laissent quelque part ou ailleurs
Entre les roses et les choux


J'en connais des tas qui feraient mieux
De s'aimer un peu,
Un peu comme nous qui nous aimons beaucoup

Et d'envoyer ailleurs valser
Les bagues et les cœurs en collier
Car quand on s'aime très fort
C'est comme un trésor
Et ça, et ça vaut de l'or

Moi pour toujours j'envoie valser
Les preuves d'amour en or plaqué
Puisque tu m'serres très fort
C'est toi mon trésor
C'est toi, toi qui vaut de l'or

HISTOIRE DES ARTS, SOCIOLOGIE, SYMBOLIQUE, etc.

Bijoux à secrets / Patrizia Ciambelli, Paris : Mission du patrimoine ethnologique : Maison des sciences de l’homme, 2002.

Perles, diamants et merveilles : les bijoux dans l’art / [sous la direction de Séverine Cuzin-Schulte], Paris : Artlys, 2013.

Bijoux, pierres et objets précieux / Silvia Malaguzzi; traduit de l’italien par Claire Mulkai, Paris : Hazan, 2008.

Dante gabriel rossetti monna pomona

Dante Gabriel Rossetti, Monna Pomona (1864)

 

CINÉMA

Le conte du pont du moine (1935^, avec Ingrid Bergman, Edvin Adolphson, etc.)

« Alors qu’un important vol de bijoux est signalé, Ake (Edvin Adolphson), un jeune étranger mystérieux s’installe à l’hôtel de la ville. Bien qu’il se lie rapidement d’amitié avec les pensionnaires de l’établissement, dont la belle Elsa, tout le monde s’interroge sur son comportement suspect et commence à le soupçonner d’être Lars le Diamantaire, le fameux voleur de bijoux. » (...)

 


création de cette page : 21.11.2016
dernière maj 1.12.2016

La souris curieuse
alias Nathalie Cousin

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×