Décès de Roland Strauss 6.8.18

 

 

Chers amis,

Nous apprenons avec tristesse et émotion le décès de Roland Strauss le 6 août 2018 alors qu'il était dans sa quatre-vingt-dixième année. Ami fidèle de l'Ouvre Boîte à Poèmes, Roland a longtemps participé aux Coins des poètes (pour lesquels il envoyait par courrier postal les invitations mensuelles).,à l'émission de radio l'Onde poétique (qu'il a contribué à créer en 1999 et dont il se chargeait de faire des copies sur cassette et des comptes-rendus dans la revue).

Poète, chanteur, humoriste, il était un excellent animateur auprès des enfants comme des adultes.

Nous pensons bien à lui et à sa famille à qui nous adressons toutes nos condoléances. Nous remercions Jocelyne Strauss, sa fille, de nous avoir prévenus.

Les obsèques de Roland STRAUSS auront lieu en l'Eglise Saint Martin d'HERBLAY Vendredi 10 aout 2018 à 14H30.

Amitiés

Nathalie Cousin


Témoignages de sympathie

De la part d'hélène Buscail à Jocelyne Strauss :

Madame,
Je pense que vos pensées en ce moment douloureux ne sont pas orientées vers vos messages internet, mais je continue à vous transmettre les messages qui me parviennent des amis qui prennent part à votre douleur en espérant que toutes ces pensées vous apporteront quelque réconfort.
 
Bien à vous
Hélène

 

De la part de François Fournet :

Roland nous quitte, Roland et sa joie de vivre, son esprit libre, son humour invincible. Roland.  l'ami de tous les poètes, de tous les amoureux des belles lettres. Le défenseur de notre langue qui devenait sous sa plume ultra vivante. Adhérent de l'association "L.'Ouvre Boîte à Poèmes". Roland, l'animateur radio sur IDFM qui est à l'origine avec Claudie et François de la création de l'émission" L.'Onde Poétique". Un animateur zélé, pétillant d'esprit, fidèle compagnon qui n'hésitait pas à participer aux nuits radiophoniques et poétiques de 22h à 6h, sans interruption.
Ses poèmes on fait la joie des lecteurs de la revue de "L'Ouvre Boîte à Poèmes". Longtemps il nous a ravis lors des rencontres poétiques où il démontrait un grand talent de chansonnier. Roland, un poète, un animateur radio, un humoriste, un chansonnier, un homme aux innombrables talents mais surtout un ami vrai, fidèle. Il était un homme de cœur qui savait donner du bonheur. Roland, j'ai commis une erreur, tu ne pars pas, car tu demeures en profondeur tout au fond de notre cœur.


 

8.8.18


De la part de Christine Roucaute :
Je suis très triste d'apprendre le décès de notre ami Roland Strauss qui avec notre ami François et notre chère et bien regretee Claudie m'avait attirée à l'ouvre boîte. Reposez en paix tous les deux après nous avoir tant offert.
 

De la part de Quiétude :

Bonjour,

Une douce pensée pour cet homme aux yeux rieurs...

 


De la part de Jean-Robert DRAY :

Paix éternelle pour toi Roland que j'ai bien des fois accompagné musicalement et intervenu comme toi dans les écoles et au château de Dino


De la part de Véronique Flabat-Piot : A la famille de Roland Strauss, à sa famille en poésie, à ses amis de "L'Ouvre-Boîte", "La Plume Vagabonde" et moi-même présentons nos condoléances émues.
Avec, bien sûr, une pensée parmi les étoiles à celui qui est devenu l'une des plus lumineuses d'entre elles...
Bien sincèrement avec vous.
 

De la part de Jean-François Blavin et Nicole Durand :

Nous sommes attristés par la disparition de Roland Strauss et nous présentons nos condoléances à sa famille.
Nous avions apprécié sa participation très active, intéressante et sa fantaisie lors des réunions du “Coin des Poètes” et nous avions eu plaisir à le retrouver également à Paris au Cercle des amis du “ Coin de Table”, rue Ballu, en compagnie de Jacques Charpentreau et Louis Delorme.
Toutes nos amicales pensées.
                                                            


 De la part de Françoise Tchartiloglou : 
Je suis de tout coeur avec vous pour le décès de votre ami le poète je comprends votre chagrin ainsi que celui des poètes de l’OBP c’est toujours triste de perdre quelqu’un qu’on aime . Bon courage à vous.
 

De la part de Joël Conte (membre de l'Ouvre Boîte et d'Europoésie) :
Je m'associe avec les Amis d'Europoésie aux condoléances à transmettre à la famille. 
 

De la part de Maria Labeille (de l'OBP) :

J'ai beaucoup aimé écouter votre papa dans notre groupe poétique. Je me souviens de lui avec amitié et regret qu'il nous ait quittés. Je pense que vous êtres fière de ce qu'il était et je vous souhaite beaucoup de courage et de garder sans trop de douleur son souvenir. Maria Labeille


De la part de Jeannine Dion-Guérin : 
j'apprends la nouvelle du décès de R.Strauss ce matin.  
Bien que le connaissant peu, je sais que c'était un poète de l'humour et que son combat était la dérision.Hélas les "joyeux" meurent aussi, bien qu'à un âge avancé, c'est toujours ça de pris
Je suis de tout coeur avec sa famille.

De la part de Pedro Vianna :

Je n'ai pas connu Roland Strauss, mais c'est toujours très triste quand un poète meurt. Toutes mes condoléances à l'Ouvre-boîte et à sa famille.


 

Roland strauss 13 5 2001

Roland Strauss (ici en 2001)

Roland strauss gala obp1 26 3 2000

Roland strauss idfm 8 10 2002

Au studio de Radio Enghien (8 octobre 2002) - ici en compagnie de Jean-François Blavin, Nicole Durand, Jean-Christophe Vertheuil, Sandrine Fay.

Avec roland strauss ecole pasteur2 27 3 2001

Animation poétique à l'Ecole Pasteur à Montmorency en 2001.

 


 

Itinéraire d'un rêve

 

Sur mon chemin semé de herses et de faux,
Un petit reposoir badigeonné de chaux...

J'y suis entré très las... j'y suis resté deux heures...
Dans la maison du père il est bien des demeures...

Et je suis reparti, pensif, en fredonnant,
Pour égailler la route, un air carillonnant...

Ma main n'étais plus seule : elle en serrait une autre.
Je me trouvais couvert d'un vieux manteau d'apôtre...

Un feu vif, près de moi, luisait d'un regard noir,
Et j'entendais frémir, au ciel, un vent d'espoir...

Nous avons bien marché cinquante-deux semaines,
Echangeant nos plaisirs et allégeant nos peines...

Parfois un masque sombre a voilé le soleil :
L'enfer, à notre nuit, ces jours, était pareil...

Mais quelquefois aussi, au tournant d'une pente,
Fusait, d'un paradis, la clarté éclatante...

Et petit à petit, nous sommes parvenus
Aux abords dépeuplés d'un royaume inconnu...

Et nous avons stoppé près des marches d'un trône,
Attendant quelque chose : un sacre ou bien un prône...

Gravirons-nous jamais les solennels degrés,
Trop déserts, trop sacrés, trop hauts à notre gré... ?

Peut-être si la Foi nous garde l'Espérance,
Et si l'Amour nous donne un peu de sa puissance !

Roland Strauss,

poème daté du 11.1.1953, publié dans L'Ouvre Boîte à Poèmes, n° 90, p. 23.

 

 


Mise en ligne de cette page 8.8.18 par Nathalie Cousin.Merci pour tous ces témoignages. maj 21.8.18.
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site