Genèse

La poésie m’est venue, un matin
si petite, pouvais je l’apercevoir
parmi les flocons qui dansaient ?
comment l’imaginer
au sein d’un si petit volume ?
Un tonnerre attendait.
Mais dites moi pourquoi ce matin là
mes yeux ont recherché mes doigts
mes doigts ont dessiné des vagues
à l’écume outremer
fourmillantes de frissons débridés
de pupilles embrasées, libérant
comme un printemps de fleurs immaculées
un brasier blanc de goélands !
J’ai vu la mer déchainée de splendeur
ouvrir mes fenêtres à l’implacable bleu
désarçonner mes vitres en mille écailles vives
hérisser mon espace de dents cristallines
à la faim de velours.
J’avais ouvert la porte
au chant de l’infini sacré
la porte intense de clarté
hurlant sa vérité.
Je savais
qu’ au travers de l’ épreuve scintillante
du fond de mon ombre éblouie
J’étais libre !

François Fournet

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×