La cache de l’aubergine


J’suis descendue dans mon jardin
Pour y cueillir du romarin
Du cerfeuil, de la ciboulette
Sans oublier le basilic, le chouchou dernier planté.
Mais que vois-je une fois baissée ?
Une aubergine toute menue et rondelette,
Encagoulée comme frimousse enfantine,
Suspendue comme clochette au cou du bonheur
O jours, O nuits, vos beautés passeront
Sur cette Belle en devenir
Je cueillerai avec délice le fruit bleu et lisse
Pour la marier et en déguster sa chair fondante.



Michelle CHEVALIER    
Poème aimablement communiqué par l'auteur avec tous nos remerciements.

Mise en ligne de cette page : 12.09.14

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×