Fragilité d’adolescente

Elle s’est doucement hissée
Sur la pointe des pieds
Pour pouvoir arriver
À ses rêves esquissés
Comme c’était alors trop haut
Elle a mis un escabeau
Puis elle a tendu bien loin
Son corps et encore sa main
Elle avait beau s’étirer
Tous ses espoirs s’enfuyaient
Au moindre petit mouvement
Tels des volutes dans le vent
Alors dans un moment fou
Elle a mis autour du cou
Une corde qu’elle a tissée
De tous ses rêves caressés.


Michelle Hourani
In : Au crépuscule du voyage

Poème communiqué par l’auteur.
Avec nos remerciements.

Mise en ligne : 23.1.16

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×