Le symbole de ma croyance

Les nuits de ma terre
M’ont appris l’attente
Et plus encore la patience.
Les histoires du silence
Racontent nos abris,
Nos peurs et nos prières.
Mes souvenirs ont la couleur de mon exil
Et pourtant la jeunesse est têtue
Comme la naissance d’un poème
Et l’oubli ensevelit ses derniers souvenirs.
Le printemps ne reviendra qu’avec l’espoir
Où est passé mon quart de siècle d’exil ?
Je ne m’y habituerai jamais…
J’aurai toujours la soif
D’un retour définitif  parmi les miens
Oui, je reviendrai vers mon orient
Telle l’aiguille d’une boussole vers son Nord
Les poches remplies de nouveaux jours
Les bras chargés de nouveaux rêves
Mais je ne serai pas seule.
Nos nuits s’allumeront de nos cendres
Le printemps glissera
Sur notre terre endormie
Et sur nos épaules lasses
Tombera le poids de l’espérance !


Michelle Hourani
In : Au crépuscule du voyage

Poème communiqué par l’auteur.
Avec nos remerciements.

Mise en ligne : 23.1.16

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×