Massif du Mont-Blanc

Densité. Glaciers. Êtres souterrains du massif. Les flammes de pierre griffent les nuages, hilares. Glaciers des ténèbres. Robe de sombre les forêts s'épaississent. Robe pluie, les Drus glissent. Enorme langue terreuse. Mer de glace. Mastodontes. L'épaisseur du ciel s'est figée. Rouleaux de gris. Aspirations. Le ciel boit les pics, longuement. Dents noires sur le lait des nuages. Monstres. L'entonnoir aspire l'aiguille. Au-dessus du glacier, le pâle se fond vers l'infini. Espèces apocalypses.
Un glacier tombe, spirale dans la terre. Rhododendrons glacés, brouillard fuchsia. Il attend. Glacier des abîmes préhistoriques. Violence noire des montagnes. Subtilement mortes. Enfouies. Je ne me souviens de rien. Quand sommes-nous nés ?

Les vents feulent, crépuscule des hommes et le sombre avance, inexorablement.

Mon amour, tenons-nous la main comme au premier jour du monde.

Les fées nous pleurent déjà, leurs doigts déchirent leurs robes chatoyantes. Nous sommes une imposture. Mes rêves sont devenus froids.

Il y a un lac. Blanc. La neige éternelle y coule. Les roches sont de cristal. Nos souvenirs se pétrifient. Voici le monde, voici le ciel.

Soline Astier, extrait de Dragon noir, L.G.R., 2012.
Poème aimablement communiqué par l'auteur
et reproduit avec son autorisation.
Mise en ligne : 21.01.2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×