Géopoètes ?

Cette nouvelle rubrique se voudrait comme le dit si bien Kenneth White dans Les Rives du silence (2e éd., Mercure de France, 1997), une "contribution curieuse à la bibliothèque nomade et géopoétique". Ce livre constitue "un cheminement poétique à travers le monde".

la géopoésie est à l'intersection de la géographie et de la poésie. Les poèmes qui parlent de voyages, qui citent beaucoup de noms de pays, ou de lieux, etc. ont toutes chances de pouvoir être classés dans la géopoésie.
Plus généralement, c'est tous les rapports de l'homme et de la terre qui peuvent être étudiés sous l'angle géopoétique, souvent de façon multi-disciplinaire (sciences, géographie, littérature, etc....).
Kenneth White est un adepte du "nomadisme intellectuel" comme Bachelard, qu'il cite d'ailleurs fréquemment.
*
"Une toile d'araignée
à chaque intersection de laquelle
se trouve une goutte de rosée
chacune de ces gouttes
reflétant toutes les autres"
(K. White, Les Rives du silence p. 287)
*
 
 

Mais il y a aussi un autre sens, qui est celui que Kenneth White appelle le "nomadisme intellectuel", et qu'il pratique dans la plupart de ses livres, qui consiste à voyager allègrement d'un livre l'autre, ou d'un auteur l'autre, comme le faisait déjà Bachelard que cite d'ailleurs souvent Kenneth White.
 
Nathalie
18.04.14

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×