André Velter : L'arbre seul (extrait)

Labyrinthe

« La vraie vie voyage
et le voyage
est un songe.
Où sommes-nous ?
Sur les pas de quel marchand,
de quel missionnaire,
de quel seigneur de la guerre ?
Où sommes-nous
à patiner dans la glaise du Gansu
au faîte de collines sculptées
comme des totems de blés mûrs,
de blés verts,
de luzerne, de colza, de lin bleu ;
là où Segalen passa
avec ses sandales de paille
et son verbe d'aventure ;
où sommes-nous
sous la ligne des forts écroulés,
dans une jeep sonorisée
qui vacille de l'intérieur
au rythme d'un autre monde -
d'un monde de fureur électronique
qui swingue même
sur ses arrêts du coeur.
Où sommes-nous
nous qui sommes ici
sans y être ? »

André Velter : L'arbre seul, Poésie/Gallimard, 2001, p. 107.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×