Si je pouvais vaisseau de pierre (Y. Cras)

Si je pouvais vaisseau de pierre
Dentelle nue si je pouvais
Revenir à l’instant mauvais
Où s’embrasa ta flèche altière
La forêt qui portait tes toits
Tandis qu’au cœur sacré de toi
S’élevaient de vaines prières

 

Si je pouvais claire dentelle
Rêve incarné si je pouvais
Revenir à l’instant mauvais
Pour en prévenir l’étincelle
Pour nier ce bûcher en croix
Car mes yeux qui l’ont vu n’y croient
Tant je te pensais immortelle

 

Mais je ne peux rêve de cendre
Pierre meurtrie je ne peux pas
Et ta lumière qui s’abat
Laisse sur nous la nuit descendre
Notre histoire tombe avec toi
L’oubli brûle nos cœurs étroits
Qui peut sans toi nous en défendre

 

Il faut pourtant rose de pierre
Orgue océan tu sais qu’il faut
Se relever quand fait défaut
la force et garder l’âme fière
En attendant pour te revoir
Que les compagnons du devoir
Te consacrent leurs vies entières

 

Dentelle nue rêve incarné
Jamais ne renait de ses cendres
Ce qui était et qui périt
Mais que du chagrin à cœur fendre
Lavant les cœurs les yeux cernés
La Seine emporte aimante et tendre
Au loin les larmes de Paris
Alors quand nous saurons t’attendre
Un nouveau rêve sera né.

Yannick Cras

poème aimablement communiqué par Aymeric de L'Hermuzière.

Avec tous nos remerciements

Notre dame img 4494


Mise en ligne de cette page : 8.05.19 avec l'aimable autorisation de Yannick Cras. Photo Michel Cousin, mars 2019.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site