Le mot

Dans un empire intime, c'est un fer qui rougit
Au voile du regret, voyage d'une larme
Invisible, en suspens, tremblante et sourde alarme
Il est une blessure le mot qui ne fut dit.

Sur l'aile de la joie court un charmant délire
Versant un parfum frais sur l'instant délicieux
En douceur délicate tel un baume radieux
Il est un rayon pur le mot qu'il fallait dire.

Le mot qui traduit mieux, le mot qui sonne juste
Celui qui règle tout dans un transport auguste
Est bien souvent appris, dicté par la raison.

Mais le mot qui fait vivre en dépit des murailles
Celui qui va briller, éveiller les semailles
Le mot qui vient du coeur, c'est le mot du pardon.

Claudie Lecoeur, Extr. de : Le chemin des étoiles : poèmes, 2002, p. 21.
Reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur.
Avec tous nos remerciements.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×