Peut-être

Direz-vous l’absence ou le doute
aux saisons qu’évanouissent les rêves
dans la verticalité de vos propos
que quelques sources épanouissent

Il aurait sans doute suffi
qu’un simple ru de votre âme s’écoulât
et naïf s’étalât au rebord de votre œil
larme tendue telle une main
que la souffrance renforce

Direz-vous les regrets les échecs
qui taraudent votre cerveau
au moment de vérité
face à votre miroir que craignent les matins

Direz-vous l’ombre ou le néant
sur la route des horizons perdus
quand à la jointure des mondes
vous retrouverez votre propre silence

Il aurait sans doute fallu
qu’un peu de lumière s’infiltrât dans vos rides
pour ressortir en promesses d’argile
à remodeler le visage d’une vague
que le vent la nuit régurgite

Christian Amstatt, extrait de Coeur de brume,
France Libris, 2015, p. 50

Reproduit avec l'autorisation de l'auteur,
avec tous nos remerciements


Mise en ligne de cette page : 23.7.16

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×