Créer un site internet

Le jardin de Monet

Qui ne serait charmé devant tant de splendeur
De l'aube au crépuscule, chevauchant les couleurs
La lumière s'amuse créant des arcs-en-ciel
Dansant avec l'émeraude, l'indigo et le miel,
Rustique flamboyance, régnant au "clos normand"
Floraison harmonieuse en un tableau vivant !
Tout l'art du jardinage taquinant la nature
Où l'impression vitale anime la verdure
Au seuil de la demeure qui, rose aux volets verts
Fut l'illustre refuge d'un peintre légendaire.
Désordre spontané, vibrations lumineuses
Espièglerie florale, corolles audacieuses
Massifs en camaïeu et comble de délice
Ce petit pont sur l'Epte, émouvant de malice
Où résonne le pas de Cézanne ou Manet
De Renoir, Pissaro ou bien encore Sisley
Fragile passerelle revêtue de glycine

Défiant le grand saule, narguant les capucines
Admirée à présent dans de somptueux musées
Célèbre à ce qu'on dit pour son air japonais
Paysage si calme, expression de saveur
Que l'on goûte avec l'âme autant qu'avec le coeur
Douceurs infinies aux palpables nuances
Fringale de tendresse rythmée dans la mouvance
Voyage intarissable de la terre à l'azur
Où les teintes s'élancent vers des horizons purs.
Et de l'Extrême Orient, la belle évocation
Frémissante et radieuse en taches de passion
Riant sur l'eau nacrée au coeur des nymphéas
Glisse sa volupté en tissus délicats.
C'est bien là, croyez-moi, au jardin de Monet
Que Giverny enflamme l'oeuvre immortalisée
Chaque regard y cueille la variété du prisme
Dans l'éblouissement du rêve "Impressionnisme"...

 

  Claudie Lecoeur, extr. de Poésies en Vexin, chez l'auteur, 2001, p. 57.
© Claudie Lecoeur, tous droits réservés.


mise en ligne de cette page : 21.8.18

 

 

×