Créer un site internet

La terre 4.03.23


 

Adhérents ou non de l'association, vous êtes tous conviés

au Coin des poètes de l'Ouvre Boîte à Poèmes

à la Briqueterie de Montmorency

6, av. de Domont, 95160 Montmorency

le samedi 4 mars 2023

de 14h30 à 17h30

Thème (facultatif) : La terre

***

"Et la terre en ces graines ailées,
comme un poète en ses propos, voyage..." (Saint-John Perse, Anabase)

Hymne à la Terre

Je te salue, ô Terre, ô Terre porte-grains,
Porte-or, porte-santé, porte-habits, porte-humains,
Porte-fruits, porte-tours, alme, belle, immobile,
Patiente, diverse, odorante, fertile,
Vêtue d’un manteau tout damassé de fleurs,
Passementé de flots, bigarré de couleurs.
Je te salue, ô cœur, racine, base ronde,
Pied du grand animal qu’on appelle le Monde,
Chaste épouse du Ciel, assuré fondement
Des étages divers d’un si grand bâtiment.
Je te salue, ô sœur, mère, nourrice, hôtesse
Du Roi des animaux. Tout, ô grande princesse,
Vit en faveur de toi. Tant de cieux tournoyants
Portent pour t’éclairer leurs astres flamboyants ;
Le feu pour t’échauffer sur les flottantes nues
Tient ses pures ardeurs en arcade étendues ;
L’air pour te rafraîchir se plaît d’être secoux
Or’ d’un âpre Borée, or’ d’un Zéphire doux ;
L’eau, pour te détremper, de mers, fleuves, fontaines
Entrelace ton corps tout ainsi que de veines.
Hé ! que je suis marri que les plus beaux esprits
T’aient pour la plupart, ô Terre, en tel mépris :
Et que les cœurs plus grands abandonnent superbes,
Le rustique labeur et le souci des herbes
Aux hommes plus brutaux, aux hommes de nul prix,
Dont les corps sont de fer, et de plomb les esprits ...

Guillaume de Salluste du Bartas (1544-1590)

(Poème cité dans Max-Pol Fouchet, Anthologie thématique de la poésie française, Seghers, 1980, p. 332)

***

La terre est bleue
 

    La terre est bleue comme une orange
    Jamais une erreur les mots ne mentent pas
    Ils ne vous donnent plus à chanter
    Au tour des baisers de s’entendre
    Les fous et les amours
    Elle sa bouche d’alliance
    Tous les secrets tous les sourires
    Et quels vêtements d’indulgence
    À la croire toute nue.

    Les guêpes fleurissent vert
    L’aube se passe autour du cou
    Un collier de fenêtres
    Des ailes couvrent les feuilles
    Tu as toutes les joies solaires
    Tout le soleil sur la terre
    Sur les chemins de ta beauté.

Paul ÉLUARD, L'Amour la poésie

 


Dernière maj, 11.03.23  Nathalie Cousin alias La souris curieuse.

 
×