Eric Jouanneau

Éric Jouanneau a commencé à écrire, à cinquante ans, un ouvrage poétique Homérique en plus de quatre cent poèmes libres ou classiques, fables et nouvelles rimées. Un an après, il a été primé au concours de Verneuil (Eure) et a été admis à l’Académie des Poètes Classiques de France. Il est membre d’une douzaine d’associations : Les Joutes poétiques de Touraine (Tours), Art et poésie de Touraine (Tours), La Gazette aux Poètes (Tours, Orléans), L’Association poétique de Verneuil-sur-Avre (Eure), L’Heure poétique de Saint-Just (Eure), Poésie en Vexin (Val-d’Oise), la Société des Poètes et Artistes de France1… Il revendique profondément ses racines : Saint-Martin, Rabelais, Descartes, Balzac, Courteline, Anatole France, Ménie Grégoire, Piem…

Composé de plus de XXV tomes, soit plus de 650 poèmes, « Homérique a une triple signification : il parle d’un homme, Éric (comme Villon parle de lui), dont la vie fut émaillée d’embûches, dont il tente de traduire les émotions, d’en donner la joie à travers un immense projet2. »

Des poèmes classiques, souvent en alexandrins, et à la fin de chacun ces « envois » en forme de « petit acrostiche-signature, miroir du poème ou sa porte de sortie, le brisant ou le poursuivant, ce qui revient au même3 ! », à la manière de Villon dans sa Ballade feit a la requeste de sa mere pour prier Nostre Dame :

En

Regardant

Ici le

Cèdre complice

 

En

Reprenant

Ici le

Chemin

[voir aussi : http://leblogderica.canalblog.com/archives/2007/06/02/6143884.html]

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×