Et sans toi maintenant

Tu étais déroutant, même très agaçant,
Je souris  à présent, je suis bien maintenant,
Parce que j'aime la mer, parce que j'aime le vent,
Je ressens des bonheurs, que personne comprend.

Silence et volupté, tout est calme et se tait.
Je regarde la côte où les lumières brillent,
Les lumières du port, ces étoiles des quais,
Qui apportent l’espoir, aux âmes naufragées.

Bastia est enflammé, aux couleurs crépuscules,
On dirait un brasier, on dirait bien qu'il brûle,
J'attendrai le printemps, je souris à la vie,
Sans toi, sans ton avis, tout sera adouci.

Tu étais sans pitié, tu étais affligeant,
Mais tout à bien changé, je revis à présent,
Parce que j'aime la mer, parce que j'aime le vent,
Je ressens des bonheurs, que personne comprend.

Nathalie Lauro

Poème aimablement communiqué par l'auteur, janvier 2019
avec tous nos remerciements.


Mise en ligne de cette page : 5.10.19

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site