Testament bleu de nuit (XXI)

 

que dire
que mes yeux ne vous ont dit

un mot un seul

avant de vous feuilleter encore
sans vous froisser jamais

de parcourir le verbe
de votre corps
pour me perdre
entre ses lignes

de laisser l'encre
de vos cheveux
couler entre mes doigts
et tracer
sur vos seins
de somptueux hiéroglyphes
dont vous seule connaissez
la clef

d'ânonner votre langue
celle des mystères
toujours renouvelés

de répéter sans fin
vos paroles
sans en chercher le sens

puis vous apprendre par coeur
vous réciter à rebrousse-vers
à contre-rime
à contre-chant

vous alléluyer
à gorge déployée
vous cantater
du bout des doigts
du bout des lèvres

vous susurrer enfin

un simple mot encore

que vous seule connaissez

 

Extrait de Testament bleu de nuit, Paris, L'Harmattan,
Collection Accent tonique, 2011, p. 43-44.
Reproduit avec l'aimable autorisation de Jean-François Sené.
Avec tous nos remerciements.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×