Reflets

Reflets

Dites- moi quand je ressemble aux images qui me hantent
Soyez le grand miroir dans lequel j’aperçois
La face des tristes sires dont j’ai suivi la pente
En me laissant aller à ma mauvaise foi.

Allumez sur les côtes les phares qui illuminent
Les gestes agressifs et les mains repliées
Que la corne de brume résonne quand je les mime
Que je gâche la fête en disciple zélé.

Retenez mes paroles lorsqu’elles prennent la place
De vos mots en attente, de vos rires étranglés
Lorsque, sans se méfier, elles envahissent l’espace
Et posent des barrières devant vos belles idées.

Ouvrez grand les fenêtres quand l’air devient si rare
Que, même dans le jardin, on risque de suffoquer
Allez puiser pour moi, l’eau fraîche dans les jarres
Pour faire passer les scènes qu’on ne peut avaler.

Posez votre regard  lucide et attendri
Par mes efforts têtus pour garder à distance
Ces modèles éternels avec lesquels je vis
Ces reflets de moi-même pour qui j’ai indulgence.

 

Brigitte Beaudin

Poème aimablement communiqué
par l’auteur pour le site de l’OBP
Avec tous nos remerciements.

Mis en ligne le 16.12.12

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×