Plein air

Plein air

Sur le petit tableau
de l’autre bout de ciel
Il y a la mer toute bleue
une plage ocre jaune et blanche
où beaucoup de silhouettes en habits d’arc-en-ciel
joignent leurs reflets

J’essaie de peindre tout ce que je peux
vers ailleurs et pour toujours
et puis au loin les bateaux diminuent
les vagues montent en étages
errent les frissons

je retiens les nuages, tous les nuages
le silence noir de la nuit

voici le temps qui passe
je n’en savais rien

car ici s’étalait un sourire

écoutez le maintenant
dans le ciel ouvert
écoutez le palpiter
jeter son cri

Françoise Tchartiloglou

Extrait de «La forêt de la biche » 1986 éditions Saint-Germain-des-Prés
poème aimablement communiqué par l'auteur et reproduit avec son autorisation.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×