En marge

Tout mon poème est dans la marge
muet sous le baillon des mots
muré dans la chaux de la page
eût-il été lied ou rondeau ?

Aurait-il chanté Lorelei
blondeur sculptée dans les nuages
ou d'amour courtois soupiré
pour une fille faite page ?
"Tout nous reste à dire" on le sait.
Eût-il trouvé un bel adage
quelque magie pour enchanter
les coeurs de ferveur et d'images ?
On aurait pu le voir léger
bien assuré sur ses jambages
glisser sur le papier glacé
mais il meurt de froid dans la marge
de froid de peur de dévoiler
failles fêlures et dommages.
Qui est fiable ? à qui livrer
un seul profil de ses visages ?
Mon poème est mort dans la marge
de peur de ne pas être aimé.

Sa source s'est noyée au large
secrètement entre deux eaux
entre deux bras entre deux âges
entre sourires et sanglots.

Maria Labeille, extrait de La Centaurelle épousée, Paris, Collection Club des poètes, p. 32-33.

Tous remerciements à Maria.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×