Lune et soleil

J’étais plongée encore,
Dans mes raisons obscures,
Mes monologues fous,
Mes idées d’horizon.

Je regardais alors,
De mes vagues bonheurs,
La myriade d’étoiles,
Le noir du ciel profond.

Il y avait la lune,
Ses reflets inquiétants,
Mais parfois un clin d’oeil,
Pour des rayons aimants.

Toujours deux, trois pensées,
Pour nos chansons d’été,
Notre amour sans détour
Et les soleils couchants.

Nathalie Lauro

Poème aimablement communiqué par l'auteur, janvier 2019
avec tous nos remerciements.


Mise en ligne de cette page : 5.10.19

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site