Claudine Lesire-Ogrel : Coin des poètes janvier 2008

Lesire ogrel claudine2

 

Lesire ogrel claudine1

Claudine Lesire-Ogrel, Suzanne Fournet, Christine Roucaute

 

 

Extrait d'un texte écrit et lu par Claudine : "la caméra des vacances"

 

Vaisseau spatial

Dans un quartier perdu, il y a un jardin
au milieu du jardin, une pergola de pierre
s'élève, comme la pointe d'un grand vaisseau spatial.
là, un vieux musicien, échevelé, barbare,
portant sur tout le corps ses rêves ensevelis
jouait sur un violon qui n'était plus qu'une âme
emmenant les passants vers des contrées lointaines
dans des lieux habités des fantômes du temps.
Sur les ailes déployées des vaisseaux transparents
on prenait un bateau, on était seuls sur l'eau,
les voiles claquant au vent entraînaient sur le pont
des myriades d'étoiles qui n'avaient pas de noms.
Le violon enchanté devenait un orchestre,
un poème, une gondole, un concert de gitans
et l'on se demandait, transis, émerveillés,
ce qui apparaîtrait tout au bout du voyage
qui n'en finissait plus d'emmener avec nous
son torrent de merveilles et de fous de Bassan.
Viendras-tu avec moi sur cette pointe d'étoile
où les planètes bleues, vertes, roses ou transparentes
et dansent sur des musiques de cavaliers sauvages ?
Mais l'enchantement s'envole car en bas, au jardin,
le violon s'est éteint sur un dernier accord
et la lune, peu à peu, absorbant la lumière,
sous les regards pensifs des derniers promeneurs
changeait en étincelles les rêves éblouissants...

Claudine Lesire-Ogrel
Extrait de Chansons douces amères
poème publié dans L'Ouvre Boîte à poèmes, n°98, p. 42.

page créée le  21.3.16

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×