J'écris sur toi

J'écris sur toi
        sur toile

        sur les toiles
        ou l'étoile
Qui brille encore pour toi quand sa lumière n'est plus

Je t'habille d'indifférence
       épiant l'extravagance
          les outrances
          ton idécence
et de ce vêtement, tu n'es que le valet

Je te sers
      te serre
      t'enserre
      t'en sers
un verre de ces paradis éphémères qui veulent te plaire

Je t'ai
Je t'aime
Je t'aimerai
      même jeté
         même jeté   je t'aime.

 

Frédéric Billiet, Continent dérobé,
Impr. Office culturel d'Amiens, 1991.

Reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur
avec tous nos remerciements
.


Page mise en ligne le 18.09.16 par Nathalie Cousin

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×