Dimanche après-midi

 

Aujourd’hui la ville se repose. Elle respire enfin de face et de profil.

Je lui fais les yeux, les yeux chlorophylle. Je joue à reconstruire son regard qui était parti.

Elle a le bon air.

Dans les rues circulent des « je t’aime » et de l’oxygène. Ce n’est pas un rêve mais ce  matin la ville a souri. des femmes s’embrassent entre elles, des hommes s’embrassent entre eux. L’amour la Poésie, se sont installés à tous les coins de rues, s’amusent, changent transforment les gens et les points de vue. Les voitures flottent au-dessus du périphérique. Et les feux rouges deviennent bleus. Le métro même à des parfums de voyage. Et il n’y a plus ni bruit ni violence.

Ce n’est pas un mirage.

Tout est simplement différent, parce que maintenant, tout le monde s’aime et se comprend.

Françoise Tchartiloglou

Extrait de «  Aérienne » Flammes Vives 2012

mise en ligne 30.01.13

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×