Le temps qu'il fait (dans un brouhaha, ambiance petit four)

 

Lumière.

- La politique (bien propre, qui fait son rot) : je vends du vent et des fleurs bien faites,
c’est mon métier.

- La presse (bien sale, qui fait son pet) : oh! moi je cherche l’ultime beauté dans le néant d’idées, c’est pour ma collection.

- Une bourgeoise (bien grasse, qui s’époussette) de l’infrarouge à l’ultraviolet le monde est infini. La preuve, je distribue des tracts autour des poubelles en feu.

- La poésie (bien pauvre, qui grelotte): sang, ruine, alcool, regards absents, ennui, massacre, famine, bientôt l’an 2012. Où est donc ce monde merveilleux ?


Que dire de ce silence ?

Obscurité.

Françoise TCHARTILOGLOU
Poème aimablement communiqué par l'auteur le 4.06.11.
Avec tous nos remerciements.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×