Chercher la lumière

Souivent je vais voguant au fil de ma mémoire
En me laissant bercer par ce flot continu.
Je m'échoue volontiers en un lieu reconnu
Pour revivre en secret un peu de mon histoire.

Je reconnais alors Tes signes, ô mon Dieu,
Ces signes ignorés dans la fièvre des jours,
Ces appels silencieux d'un opiniâtre amour
Quand j'allais, impatient, hanté de songes creux.

Le sourire furtif au hasard des chemins,
La douceur enchantée d'un automne doré
Le velours fascinant d'un grand ciel étoilé,
La vieille croix de pierre aux croisées des chemins...

Chacun de Tes appels discrets à la beauté
De regards inconnus, des soieries de la Terre
Au rythme des saisons, des classes passagères
Où j'entrais souriant, porteur d'humanité,

Telle amitié lointaine, telle présence enfuie
Toujours vivante en moi au silence du coeur...
Je reconnais Ton pas près de ma pesanteur
Comme les deux disciples encore abasourdis.

Et renouant ainsi avec ma vie passée,
J'entrevois aujourd'hui cet amour éternel
Qui fait de notre Terre une avancée du Ciel...
Fais-moi plus attentif, tiens-moi plus éveillé :

Dans la nuit il est beau de chercher Ta lumière.

Robert michel dessin mineur redim

Robert MICHEL
Extrait de  : Florilège de poésies (Bulletin d'Espalion 1991-2005), p. 51.

Poème et dessin reproduits avec l'aimable autorisation de l'auteur.
Avec tous nos remerciements.


 


Mise en ligne de cette page : 15.09.2016 par Nathalie Cousin

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×