Les arbres du Midi

Laisse étirer vers toi
Les passions de mon cœur
Je deviendrai parfois
Un arbre tout en fleurs
Révérence penchée
Je t’enlace de mes branches
Tu es muse cachée
Par mes bras sur tes hanches
La douceur matinale
Mes feuilles te caressent
Ardeur méridionale
Ô ! Amour ! Ô ! Tendresse
Que je sois l’olivier
Qui repousse toujours
Ou un micocoulier
Pour t’encombrer du jour
Té ! Le pin parasol
ou platane peut-être ?
Se dressant droit du sol
Sur la route champêtre
Pourquoi pas chêne-liège
Ou un palmier qui danse ?
De la nature avais-je
Ma source d’existence
Perte de mes racines
De ne plus voir si près
Mon bonheur d’origine
Quand il était cyprès !

Raoul Guérin,

poème aimablement communiqué par l'auteur
et reproduit avec son autorisation.

MIse en ligne : 17.01.16

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×