Je vis là où

Je vis là où
La vie et la mort
Accostent du même bord.

Je vis là où
L’espoir et la déchéance
Se battent en permanence.

Je vis là où
Se renient les frères
Et se livrent la guerre.

Je vis là où
La misère s’épanouit
Et les riches s’ennuient.

Je vis là où
Chacun est chagriné
De ce qu’il a abandonné.

Je vis là où
Ressentiments et colères
S’accompagnent comme frères.

Je vis là où
L’honneur est dissipé
Et tous d’argent préoccupés.

Je vis là où
Le préau a perdu le toit ;
Les clôtures arrachées par endroits.

Je vis là où
Le peuple attend les fruits
Dont la saison a déjà fuit.

Je vis là où
La banane gueule sans se taire
Et d’elle se moque la pomme de terre !

Je vis là où
Le tamis ne laisse rien passer
Et les bras sont tous cassés.

Je vis là où
Tout le monde se ressemble
Comme un troupeau qu’on assemble.

Je vis là où
Nous sommes emportés par le torrent ;
Personne n’est là pour nous sauver.
Nous nous débâtons dans son courant
Mais qui viendra nous le prouver ?

(09-06-2005)



Ahcene Mariche
poème  envoyé par l'auteur et reproduit avec son autorisation.


Mise en ligne de cette page : 23.05.20 par la souris curieuse. Tous remerciements à Ahcene Mariche.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site