Les sabots de bois vert

Ce n'est qu'un frôlement
Dit le papillon à la feuille

Mais dès que ton tendre besoin
De moi se manifeste

Je cligne d'une aile
Chaque fois frémissante
La jouissance sonnant le rappel

 

Jeannine Dion-Guérin
Extrait de : Les sabots de bois vers : hommage au poète Guillevic, Editinter, 2010

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×