A la recherche du temps perdu

Cette très longue histoire que chacun porte en soi
Frémit toujours en sa fraîcheur originale...
Sur un reflet d'eau verte, l'archet d'une cigale,
Un mur mangé de lierre à l'ombre d'un sous-bois,

L'étoile d'un regard, la chanson d'une voix,
Un sourire comme un frais parfum qui s'exhale
Des creux d'un souvenir remontant en spirale
Et déroulant sans fin les charmes d'autrefois.

Quand l'ombre de mon pas se raccourcit parfois,
Je sens grandir alors une onde musicale :
Les ETRES et les CHOSES, en hymne triomphale
Vibrent intensément au plus profond de moi,

Et le passé revit au présent de ma joie.

Robert MICHEL
Extrait de  : Florilège de poésies (Bulletin d'Espalion 1991-2005), p. 21.
Reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur.
Avec tous nos remerciements.
 


Mise en ligne de cette page : 15.09.2016 par Nathalie Cousin

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×